Coronavirus : les compagnies aériennes toujours dans l’angoisse

Cette année 2020 est sans nul doute celle qui n’aura pas tenu les promesses des prévisions économiques annoncées et prédites par les algorithmes les plus sophistiqués et les acteurs du monde économique. Le constat est palpant pour tous les secteurs d’activité et tout particulièrement pour l’ensemble des compagnies aériennes du fait de la pandémie du coronavirus. Les jours et les mois futurs augurent-ils d’un lendemain meilleur pour ce secteur ? Les courbes de tendance pointeront-elles vers le positif ?

Un constat plus qu’amer pour l’industrie du transport aérien

Depuis le début de l’année 2020 en réponse à la pandémie de la covid-19 pour endiguer la propagation du virus, plusieurs pays ont fermé non seulement leurs frontières terrestres, mais ont également limité ou suspendu tous les vols en provenance d’autres destinations. L’impact de ces mesures sur l’industrie du transport aérien est sans appel. Le transport de passagers, le fret aérien, les compagnies et les agences de voyages, toutes les branches ont été plongés dans l’agonie entraînant des vagues de licenciement massif et des pertes économiques chiffrées en termes de milliards. Par exemple, selon une étude menée par des chercheurs, à la date du 1er juin 2020 le nombre de vols réguliers dans le monde a connu une baisse de 65.1% par rapport à la semaine du 3 juin 2019. Si vous prévoyez de voyager vers la France vous trouverez des informations utiles sur TourismeFrance.org.

À quoi s’attendre pour les jours futurs ?

La baisse sévère de tous les services liés au transport aérien ne prévaut rien de rassurant pour l’industrie si des solutions efficaces et durables pour le contrôle de la pandémie ne sont pas trouvées. En effet, l'Association du transport aérien international (IATA) prévoit deux scénarios possibles sur le secteur aéronautique. Un scénario d’impact à propagation limité soit une baisse de 24% et un scénario d’impact à propagation extensive avec une estimation à près de 33% en baisse du nombre de passagers aérien en Europe. En conséquence, on estime que l'industrie du transport aérien international connaîtra une baisse sévère en forme de V tout au long de 2020 en termes de capacité, avec des variations d’une région à une autre.